Les bases de la photo (1) – Ouverture et Vitesse

Posted by on 9 novembre 2008 in Les Bases | 11 comments

     Un comble, le premier article sur les techniques photos n’abordait pas les notions de base ! Remédions tout de suite à cette injustice avec un premier article dédié aux deux paramètres clefs en terme de photographie : l’ouverture et la vitesse.

     Commençons par le commencement : qu’est ce que la photographie ? Faisant simple : cela consiste à reproduire le fonctionnement de votre œil ! Donc faire rentrer une certaine quantité de lumière par un petit orifice (la pupille) afin d’imprimer la rétine. Celle-ci reçoit donc l’image de ce que l’œil voit à un instant T. Cette image est ensuite envoyée au cerveau pour analyse…

     La comparaison peut paraitre simpliste mais c’est à mon avis le meilleur point de départ. Remplacez la pupille par le diaphragme et la rétine par la pellicule ou le capteur numérique et vous y êtes… presque ! La principale différence est que l’œil peut regarder des heures la même chose sans « cramer » la rétine !

     En photographie, la pellicule et le capteur numérique sont des surfaces sensibles à la lumière. Cela veut dire qu’il faut prendre en compte la durée d’exposition. Si celle-ci est trop longue, le capteur recevra trop de lumière et l’image imprimée ne sera pas utilisable. Je dérive ici sur un troisième facteur clef : la sensibilité. Ce paramètre sera détaillé dans le prochain article.

     Donc, pour une sensibilité donnée, il faut contrôler le couple ouverture / vitesse pour que l’image capturée soit optimale en terme d’exposition. Bien sûr, ce couple varie selon la quantité de lumière disponible.

     Revenons un peu plus en détail sur l’ouverture. Le diaphragme est le système qui détermine la quantité de lumière qui traverse l’objectif. La valeur d’ouverture est le rapport entre la distance focale de l’objectif est le diamètre d’ouverture du diaphragme.

     Prenons l’exemple d’un objectif d’une focale de 50mm. L’ouverture f/4 (ou f :4) signifie que le diamètre d’ouverture du diaphragme est de 12,5mm : 50 / 12,5 = 4

     Plus cette valeur est petite, et plus l’ouverture est grande. Les principales ouvertures utilisées sont les suivantes :

f/1

f/1,4

f/2

f/2,8

f/4

f/5,6

f/8

f/11

f/16

     Je vous épargne la formule mathématique mais notez qu’en passant d’une valeur à l’autre (de gauche à droite) je divise par 2 la quantité de lumière. J’ai 2 fois moins de lumière si je passe de f/8 à f/11 et 2 fois plus en passant de f/2,8 à f/2.

     Voilà pour la théorie. Dans la pratique, il y a des contraintes techniques et optiques qui font que vous ne pourrez pas ouvrir à f/1,4 avec n’importe quel objectif… et encore moins à f/1 ! Les objectifs sont constitués de nombreux éléments optiques qui limitent la taille maximale du faisceau de lumière qui pourra traverser. On parle d’ouverture maximum. Chaque objectif a sa propre valeur. Plus l’objectif est complexe (le cas des zooms par exemple) et plus l’ouverture maxi sera réduite.

     Revenons maintenant sur le couple infernal : ouverture / vitesse. Pour une sensibilité donnée, imaginons que le couple idéal soit une ouverture de f/4 avec une vitesse de 1/160s. Que se passe t-il si j’ouvre à f/5,6 ? La quantité de lumière qui traversera l’objectif sera divisée par 2… il faudra donc 2 fois plus de temps pour avoir la même exposition, donc passer à une vitesse 2 fois plus longue : 1/80s.

     Voilà donc le tableau final récapitulant les différentes valeurs pour mon exemple :

Réduction lumière x2   »»»

Ouverture

f/1

f/1,4

f/2

f/2,8

f/4

f/5,6

f/8

f/11

f/16

«««   Augmentation vitesse x2 

      La messe est dite ! L’exposition sera exactement la même à f/2,8 & 1/320s qu’à f/16 & 1/10s, sauf que… avec une vitesse de 1/10s vous risquez d’obtenir un flou de bougé car la vitesse est trop faible. On considère qu’à main levée, il ne faut pas utiliser une vitesse inférieure à 1/60s pour éviter ce flou de bougé. Heureusement, les appareils modernes et le tout automatique (le fameux mode P) s’occupent de tout pour vous.

     Si vous êtes dans des conditions difficiles : fin de journée ou intérieur d’une maison par exemple, l’appareil atteindra les limites et vous dira qu’il n’y a pas assez de lumière pour déclencher sans risque de flou de bougé. Il ne vous reste pas 36 solutions : il faut utiliser le flash qui apportera une forte quantité de lumière supplémentaire, permettant ainsi d’obtenir l’exposition idéale avec une vitesse supérieure au seuil de bougé. Cependant, le flash a une portée limitée et ne règlera pas tous les problèmes : paysage de fin de journée ou intérieur de musée avec flash interdit.

     C’est là qu’il faudra apprendre à jouer avec… la sensibilité, sujet qui sera traité dans le prochain article…

Article suivant : Les bases de la photo (2) – La Sensibilité

 

11 Comments

  1. Et bien j’ai parcouru X sites pour apprendre à maîtriser mon 600D, ce blog est super
    là c’est pédagogue, quand on touche pas une bille, on apprend on comprend et après on met en pratique et miracle c’est clair de vrai !
    Super ton blog et merci je ne loupe pas une page car c’est simple d’apprendre et ça encourage.

    Une explication sur les rendus de filtres plus tard ce serait top, mais bon à l’occasion

    • Merci pour ces commentaires qui font plaisir. L’objectif est donc atteint et la popularité de ces pages en est également une belle preuve.
      Les sessions de coaching photo que j’organise sont basées en partie sur ces articles et la pédagogie est la même, d’où leur succès grandissant.
      Une bonne manière d’approndir le sujet et d’aller plus loin…

  2. Bonjour,

    Je voulais juste laisser un petit mot, pour vous féliciter…
    En effet, étant débutant, on cherche toujours à se perfectionner, et sur le web on voit de tout!
    J’aime beaucoup la pédagogie dont vous faîtes part…

    Merci et bonne continuation.

    Cyrille.

  3. Bonjour,

    J’aime la photographie et je souhaiterais profiter des soldes d’après Noël pour m’acheter un bridge.
    Cependant je suis novice alors je suis venue chercher des informations sur votre site, et même s’il y a encore des zones d’ombre, je vous remercie d’avoir éclairé ma lanterne sur certains points.
    Je poursuis ma lecture…

  4. Bonsoir,

    je viens de découvrir votre blog en cherchant à comprendre ce que signifie f:x. Je reconnais que c’est bien expliqué pour un novice comme moi.
    Je vous remercie d’avoir partagé vos connaissances et souahite beaucoup de succès pour votre blog.
    Cordialement

  5. Sachant qu’avec les reflex numériques, la valeur réelle de la focale est à multiplier par 1,6

  6. Pour la formule, en fait, on va utiliser PI (3.14159)
    S=PI x Rayon x Rayon
    Donc surface en mm2 pour un objectif de 50mm

    Diamètre « Surface » Ouverture
    objectif de lumière
    obtenu obtenue
    (en mm) (en mm2)

    50,00 1963,49 f/1,0
    35,71 1001,78 f/1,4
    25,00 490,87 f/2,0
    17,86 250,45 f/2,8
    12,50 122,72 f/4,0
    8,93 62.61 f/5.6
    6,25 30.68 f/8.0
    4,55 16.23 f/11.0
    3,13 7.67 f/16.0

    Ce qui explique que l’ouverture f/11.0 reçoit en gros 2 fois moins de lumière que l’ouverture f/8.0

  7. Bonjour,

    pouvez-vous ne pas m’épargner la formule mathématique concernant la quantité de lumiere ?

    Merci d’avance :)

  8. Petite remarque sur cette vitesse minimum. Elle est également dépendante de la focale utilisée. Petite règle pour la calculer : vitesse mini = 1 / focale. Cette règle est surtout importante pour les télé-objectifs, donc si vous utilisez une focale de 200mm, la vitesse minimum pour éviter le flou de bouger sera de 1/200s. Si vous êtes équipé d’un stabilisateur, la règle ne s’applique plus et à 200mm on peut assez facilement descendre autour de 1/80s.

  9. Courage pour votre blog, il faut continuez, je le trouve tres bien …..
    il a donnez la réponse a ma question :

    On considère qu’à main levée, il ne faut pas utiliser une vitesse inférieure à 1/60s pour éviter ce flou de bougé.

    Merci je reviendrai lire

  10. voila , juste pr dire,que quoi qu’on raconte moi j’zime bcp lire ton blog! ;)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>